News

Deux Ours d'argent

16.02.2019

Deux prix à la Berlinale pour le film chinois SO LONG, MY SON

Samedi soir 16 février, la 69e Berlinale s'est achevée avec la remise des prix au Berlinale-Palast. La France a reçu l'Ours d'or avec «Synonymes». Deux Ours d'argent sont allés à au film chinois SO LONG, MY SON de Wang Xiaoshuai. L'épopée, qui s'étend sur trois décennies, a reçu un Ours d'argent aussi bien de la meilleure actrice (Yong Mei) que du meilleur acteur (Wang Jingchun). «Du grand cinéma épique!», avait noté Andreas Kilb, après la première, dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung: «Nous nous sommes habitués à ce que le cinéma épique parle de croiseurs étoiles, de super-héros et de batailles en Terre du Milieu; nous avons remplacé l'épique par le monstrueux. Avec "So Long, My Son", la forme épique est de retour au cinéma. Pendant trois heures, nous suivons des gens dans leur quotidien, leur bonheur et leurs pertes, leur lutte pour la dignité et le réconfort de la communauté, et en suivant le jeu des interprètes, notre mémoire picturale se remplit de particules de la réalité dans laquelle l'histoire se déroule: une ville portuaire de la province de Fujian, un quartier populaire du Nord, un réservoir, une tombe toute simple sur une colline surplombant la mer des maisons. Ce qu'offre le film de Wang Xiaoshuai, aucune série en streaming ne peut l'offrir, car en un seul souffle, il crée un monde où la série ne fait que haleter de station en station.» 


Le Prix du Jury œcuménique 2019 a été décerné au film de fiction macédonien GOD EXISTS, HER NAME IS PETRUNYA (Gospod postoi, imeto i’ e Petrunija) de Teona Strugar Mitevska. Le Jury œcuménique de SIGNIS et INTERFILM récompense «la parabole contemporaine pour son audacieuse description de la transformation d'une jeune femme démunie en éloquente défenseure des droits féminins». Le film, qui avec sa puissance féminine a été l'une des découvertes les plus rafraîchissantes du festival, a également reçu le Gilde-Filmpreis des cinémas arthouse. «Enfin!», s'était réjoui le Tagesspiegel après la première, «il était grand temps pour un film de cette force. Après ça, des visages étrangement détendus, pleins de joie silencieuse.»


Hors compétition, dans la section Panorama, a été présenté un documentaire exceptionnel signé Hassan Fazili, MIDNIGHT TRAVELER. Tourné avec trois téléphones portables pendant les trois années de fuite d'Afghanistan du cinéaste et de sa famille vers l'Europe, le film donne une impression de ce que cela signifie de mettre sa vie et celle de ses enfants à l'abri et d'être constamment rejetés. Le film de Hassan Fazili a reçu une mention spéciale du jury du Friedensfilmpreis (Prix du film de la paix) et s'est classé deuxième du Prix du public. Les films primés sortiront dans les cinémas suisses dans le courant de 2019, à l'instar de A TALE OF THREE SISTERS du réalisateur turc Emin Alper, MONOS du Colombien Alejandro Landes, «une enivrante lutte pour la survie entre inondation soudaine et essaim de moustiques» (Moviepilot) et ÖNDÖG de Wang Quan'an. «Si la modernité semble à nouveau nous égarer, on peut encore l'admirer dans toute sa splendeur en Mongolie», écrit le portail en ligne Perlentaucher à propos de ce magnifique film venant des immenses étendues mongoles.

Plus d'informations sur A Tale of Three Sisters
Plus d'informations sur God Exists, Her Name is Petrunya
Plus d'informations sur Midnight Traveler
Plus d'informations sur Monos
Plus d'informations sur Öndög
Plus d'informations sur So Long, My Son