Chronique d'une disparition - Segell Ikhtifà (Flyer)

Chronique d'une disparition - Segell Ikhtifà

Un réalisateur (Elia Suleiman joue ici son propre rôle) revient en Israël pour faire un film. Etant à la fois dans le film et hors du film, il entreprend d'observer la perte d'identité de la population arabe d'Israël et organise son récit en deux parties: «Nazareth, Journal intime» et «Jérusalem, Journal politique». Dans «Nazareth, Journal intime», le réalisateur filme ses parents et amis dans leur vie quotidienne faite de routines, dont il souligne avec humour les paradoxes et les contradictions. Suite

  • Chronique d'une disparition DVD
    DVD Chronique d'une disparition
    CHF 19.00 / EUR 17.00
Bab el-Oued City (Flyer)

Bab el-Oued City

Nous sommes à Bab el-Oued, quartier historique et populaire d'Alger. Boualem est employé dans une boulangerie du quartier. Il travaille dur la nuit et dort le jour. Un après-midi, alors qu'il se repose après une nuit de labeur, la voix amplifiée du prêche de l'imam Rabah, diffusée par un haut-parleur au volume sonore maximal, réveille Boualem en sursaut. Celui-ci, dans un accès de colère incontrôlable, grimpe sur la terrasse, arrache le haut-parleur, l'emporte et le jette à la mer. Suite

Mendiants et orgueilleux - Chahatine wa noubala'a (Flyer)

Mendiants et orgueilleux - Chahatine wa noubala'a

Asma El BakriEgypte – 1991

Agé d'une cinquantaine d'années, Gohar enseigne l'histoire et la philosophie à l'université jusqu'au jour où il abandonne tout, ne supportant plus les mensonges qu'il déverse chaque jour sur ses élèves. Nous sommes au Caire en juillet 1945. Gohar se réveille en proie au manque de drogue dans cette pièce dénuée de tout qui lui sert maintenant de logis. Fou de douleur, il se dirige vers la maison de passe où il pense rencontrer son revendeur. La maison est vide. Suite

Ein blutroter Morgen - Xuese qing chen (Flyer)

Ein blutroter Morgen - Xuese qing chen

Shaohong LiChine – 1990

Inspirée par l'oeuvre de Gabriel Garcia Marquez, «Chronique d'une mort annoncée», la réalisatrice Li Shaohong dépeint le cadre social avec précision, restitue l'identité profonde de chaque protagoniste par petites touches très expressives, cultive l'art du suspense par le récit en spirales d'une histoire simple: le meurtre d'un instituteur par deux jeunes paysans, prétexte allégorique pour révéler l'état d'une collectivité fermée. Suite