Delwende

Image de

Au Burkina Faso, les coutumes ancestrales font souvent force de loi, dans un √©tat confront√© √† la mis√®re et au poids des traditions. Dans les campagnes, en effet certaines morts inexpliqu√©es sont attribu√©es √† des mangeuses d'√Ęmes, c'est-√†-dire des femmes qui en raison de leurs pouvoirs occultes et mal√©fiques sont selon les villageois responsables de ces disparitions. Ces femmes sont alors marginalis√©es et deviennent les boucs √©missaires de toute une soci√©t√©.
Extrait dialogues
Chers parents, comme vous le savez, les pluies n'ont pas √©t√© suffisantes la saison derni√®re. Notre village n'a pas connu de malheur pour autant. C'est pourquoi je vous invite √† rendre gr√Ęce √† Dieu, au nom de tous les anc√™tres et de la colline sacr√©e afin que nous ayons dans l'ann√©e √† venir, la paix...

Festivals & prix

Un Certain Regard - Prix de l'espoir (2005)
Prize of the Ecumenical Jury - Special Mention

artwork

Fiche technique

Titre original
Delwende
Titre
Delwende
Réalisation
S. Pierre Yameogo
Pays
Burkina Faso
Année
2005
Scénario
S. Pierre Yameogo
Montage
Jean-Christophe Ané
Musique
Wasis Diop
Image
J√ľrg Hassler
Son
Issa Traoré
Costumes
Pierre Rouamba
Décors
Joseph Kpobly
Production
Dunia Productions, Thelma Films, Pierre-Alain Meier
Formats
35mm, DVD
Durée
90 min.
Langue
More, Französisch/d/f oder i
Interprètes
Célestin Zongo, Blandine Yameogo, Claire Ilboudu, Abdoulaye Komboudi, Daniel Kaboré

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Revue de presse

Ganz der Aufkl√§rung verpflichtet, stilisiert der Regisseur seine Figuren und setzt sie in ein semidokumentarisches Umfeld. ¬ęDelwende¬Ľ hat er nicht f√ľr das westliche, sondern in erster Linie f√ľr sein afrikanisches Publikum realisiert. Der Ort des Geschehens bleibt schemenhaft skizziert, kurze Einblicke nur werden in den Alltag des Dorfes gew√§hrt. Im Gegensatz etwa zu den epischen L√§ngen in manchen Filmen von Ousmane Semb√®ne, Idrissa Ouedraogo oder Souleymane Ciss√©. Pierre Yameogo f√ľhlt sich keiner √§sthetischen Tradition verpflichtet, schon gar nicht den statischen Einstellungen seiner afrikanischen Kollegen. Er bevorzugt den beschleunigten Rhythmus der Reportage. Dementsprechend oft wird die Kamera (J√ľrg Hassler) bewegt. Bewegung als Stilmittel wird zur politischen Metapher. Aus der Hand, auf dem Kran oder in Fahrt folgt die Kamera den Protagonistinnen auf ihrem beschwerlichen Weg in die Stadt. Atmosph√§risch besonders dicht ist die Ankunft Pougbilas im abendlichen Ouagadougou gelungen - staubige Pisten, inmitten von Velos, Kleinh√§ndlern, Motorr√§dern und Eselskarren, ab und zu ein Auto. Die traumatischen Erfahrungen mit gewaltt√§tigen M√§nnern rufen Pougbilas Widerstand gegen die frauenverachtenden Sitten wach. ¬ęL√®ve-toi et marche!¬Ľ - so der Untertitel von ¬ęDelwende¬Ľ - ruft sie ihrer resignierten Mutter zu und fordert sie auf, ihr ins Dorf zu folgen, damit die Machenschaften des Ehemanns/Vaters aufgekl√§rt werden k√∂nnen.

Catherine Silberschmidt, Neue Z√ľrcher Zeitung

¬ęL√®ve-toi et marche¬Ľ, la traduction fran√ßaise du titre, semble √™tre le moteur d'un film, qui sonne comme une d√©termination √† faire √©voluer les choses. Cela concerne Yameogo autant que Pougbila, belle jeune femme de 16 ans qui ne veut pas dire qui l'a viol√©e, ou que sa m√®re, Napoko, que tout le village prend pour une sorci√®re responsable de la mort d'enfants (quand la vraie responsable s'appelle l'√©pid√©mie, ce que personne ne veut entendre). Leurs ennemis, ce sont les hommes : les maris, les sages, les sorciers, ceux qui incarnent la tradition... Inoubliable s√©quence o√Ļ Pougbila erre √† la recherche de sa m√®re dans les rues de Ouagadougou, parmi les femmes fant√īmes tisseuses de coton parqu√©es dans des centres pour ¬ęsorci√®res¬Ľ.

Libération

"Si l'on pense aux ravages du sida en entendant parler de ses enfants morts, Yameogo a le m√©rite de ne rien expliquer. Il insiste simplement sur certaines traditions dont l'Afrique doit se d√©barrasser, et parle √©galement des mariages forc√©s au travers de Pougbila, la fille de la ¬ęsorci√®re¬Ľ qui va tout faire pour permettre √† la v√©rit√© d'√©clater. Car ¬ęle monde change¬Ľ, dit la jeune fille, ¬ęet les coutumes doivent changer aussi¬Ľ. Le constat est sans appel mais l'espoir est l√†, incarn√© par ce beau personnage qu'est Pougbila, symbole de la femme africaine moderne".

La Liberté

¬ęDelwende - L√®ve-toi et marche¬Ľ r√©sonne en v√©ritable appel mont√© du Burkina Faso, jet√© moins √† Dieu, aux dieux pri√©s devant le ciel, qu'aux m√Ęles tyranniques et aux femmes aspirant √† leur autonomie. Il suffit de renvoyer cette probl√©matique √† la politique, √† la condition non performante des membres de la soci√©t√© contemporaine, aux contestataires de la pens√©e officiellement correcte, aux a√Įeux parqu√©s dans les mouroirs pour saisir le sens de cette histoire: une op√©ration que les gens, aujourd'hui, savent difficilement distinguer.

Freddy Buache

Porté par une mise en scène à la fluidité splendide, voilà un film plein d'espoir et d'indignation, d'une audace politique et d'une importance culturelle dont il faut prendre absolument la mesure.

TéléCinéObs

Le scénario et la mise en scène (...) allient une force de suggestion brute et des élans de poésie pure. Une merveille.

Studio Magazine

Certes, en abordant des thèmes comme la place des femmes dans la société ou l'immobilisme masculin, le cinéaste se mue en pédagogue. Et si son propos prend parfois des tours trop démonstratifs, il refuse néanmoins tout misérabilisme.

L'Humanité

Yameogo n'échappe pas toujours au didactisme, mais le talent du cinéaste est bien là, au coeur d'un pamphlet contre les superstitions. Notamment dans les mouvements de caméra, lyriques et simples, qui suivent le parcours de ces deux femmes (superbement interprétées), l'une épaulant toujours l'autre.

Télérama

Firmly feminist in outlook and culture-changing in its aspirations, "Delwende" combines aspects of Greek tragedy with a critical eye toward the misuse of tradition in contempo Africa. Helmer S. Pierre Yameogo uses shelters for women accused of witchcraft to highlight the injustices of a society whose manipulation of superstition has tragic consequences for powerless women... Pic is a fine example of issue-based African cinema.

Variety