Nicotina

Image de
DVD

Le cinéma d?Amérique latine produit (aussi) des comédies : en témoigne ce thriller en provenance du Mexique qui nous entraîne, en temps réel, dans des embrouillaminis aux conséquences funestes, mais néanmoins tout à fait réjouissants.
Tout commence à 21h17 pour se terminer une heure et demie plus tard, à 22h50. Lolo (Diego Luna) a deux passions ? observer sa voisine grâce à une caméra cachée et percer les codes d?accès des banques. Tout se déroule parfaitement, jusqu?à ce qu?une banale méprise cause la rencontre, un tant soit peu brutale, de personnages hauts en couleurs : un représentant de la mafia russe au format impressionnant, une coiffeuse prête à tout pour faire fortune, une pharmacienne au bord de la crise de nerfs ? chacun fermement décidé à changer le cours de sa vie si l?occasion s?en présente, quitte à passer outre les limites de la décence et de la dignité. Il n?empêche que chacun à sa manière éveille la sympathie, et que l?on se prend à se demander qui mérite le plus de voir ses rêves réalisés.

Dans les rares moments de calme, les protagonistes échangent des remarques philosophiques sur les différentes façons de mourir, avec ou sans cigarette. Le cancer en est une, mais il en existe aussi de plus expéditives ? et le résultat final n?est-il pas identique, que l?on succombe à la nicotine ou à son désir de gagner rapidement de l?argent ? Jeu de massacre ou chute de dominos, la succession de morts violentes baigne dans un climat d?humour (noir) qui empêche de la prendre trop au sérieux. De télescopages improbables en quiproquos fatals, les personnages évoluent à toute allure dans la nuit mexicaine, vers un dénouement qui ne peut être qu?explosif. Il n?est point besoin d?être adepte de la nicotine pour apprécier ce divertissement venu du sud. Lauréat de six Ariel Awards (les oscars mexicains), il est la preuve de la vitalité du cinéma actuel en Amérique latine.

« Ce qui m?a plu dans le scénario », souligne Diego Luna, « c?est que tous ces personnages argumentent sur le fait de fumer ou de ne pas fumer, mais qu?ils passent à côté de ce qui est vraiment important dans la vie. Je pense que c?est le cas pour nous aussi, dans un sens. Chaque fois que je vais aux Etats-Unis, je prie pour que les gens aient la même réaction face à la guerre que face au tabac.»

Festivals & prix

5 Ariel Film Awards, Mexiko 2004

Festival Las Palmas, Publikumspreis

artwork

Fiche technique

Titre originalNicotina
TitreNicotina
RĂ©alisationHugo RodrĂ­guez
PaysMexique
Année2003
ScénarioMartín Salinas
MontageAlberto de Toro
MusiqueFernando Corona
ImageMarcelo Iaccarino a.d.f.
SonNerio Barberis, Iena Esquenazi
CostumesAlejandra Dorantes
DĂ©corsSandra Cabriada
ProductionCacerola Films, Altavista Films, Videocine
Formats35mm, DVD
Durée90 min.
LangueSpanisch/d/f
InterprètesDiego Luna, Daniel Giménez Cacho, Lucas Crespi, Jesús Ochoa, Carmen Madrid, Marta Beláustegui, Rosa María Bianchi, Rafael Inclán, Norman Sotolongo

Fiche technique

Titre originalNicotina
TitreNicotina
RĂ©alisationHugo RodrĂ­guez
PaysMexique
Année2003
ScénarioMartín Salinas
MontageAlberto de Toro
MusiqueFernando Corona
ImageMarcelo Iaccarino a.d.f.
SonNerio Barberis, Iena Esquenazi
CostumesAlejandra Dorantes
DĂ©corsSandra Cabriada
ProductionCacerola Films, Altavista Films, Videocine
Formats35mm, DVD
Durée90 min.
LangueSpanisch/d/f
InterprètesDiego Luna, Daniel Giménez Cacho, Lucas Crespi, Jesús Ochoa, Carmen Madrid, Marta Beláustegui, Rosa María Bianchi, Rafael Inclán, Norman Sotolongo

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Revue de presse

«Ein kettenrauchender Computerhacker wird verstrickt in eine aufregende Diamantenjagd in Mexiko City. Es werden dabei zwar viele Zigaretten gequalmt, doch aus dem Leben scheiden viele Leute nicht wegen Rauch-, sondern wegen Bleivergiftung. Mit geschickt aufgebautem Drehbuch und ausgezeichneter Besetzung ist diese Gaunerkomödie von Hugo Rodriguez spannend und überraschungsreich bis zur letzten Minute.»
Der Bund

«Grosses Unterhaltungskino wird immer mehr abseits von Hollywood produziert... Der in Echtzeit ablaufende Thriller ist bestes Unterhaltungskino: raffiniert erzählt, milieutreu geschildert, rasant inszeniert und mit herrlichen Pointen: Rauchen, erfahren wir etwa, kann zum sofortigen Tod führen. Nichtrauchen aber auch.»
Aargauer Zeitung

«Hinreissende mexikanische Gangsterkomödie.»
Facts

«Die Gangsterkomödie ist ein viel versprechendes Beispiel des erwachenden mexikanischen Films.»
Cineman

«Nicotina» lebt von den vielen umwerfend komischen Szenen. Jener etwa, in der ein freundlicher Polizist nach Ladenschluss den Coiffeursalon betritt und auf einem Haarschnitt beharrt – just in dem Moment, als die Frisörsgattin darangehen wollte, dem erschossen im Coiffeurstuhl hängenden russischen Mafioso den Bauch aufzuschlitzen, um sich der verschluckten Diamanten zu bemächtigen. Natürlich hat dieser vergnügliche Nonsens etwas Comichaftes an sich – die überzeichneten Figuren, die atemlosen Schnittfolgen. Doch Rodríguez beweist in jedem Moment seiner sich in Echtzeit entwickelnden Geschichte beeindruckendes Formbewusstsein und überzeugt mit einer Ästhetik, welche die Schäbigkeit einer nächtlichen mexikanischen Vorstadtgasse wunderbar zur Geltung bringt, während er die reine Blödelei geschickt vermeidet.
NZZ

«Gut gespielt, eine Handlung mit Pfiff und Witz sowie Spannung und Überraschungen bis zur letzten Minute: Der Film über die Rangeleien um eine Hand voll Edelsteine ist ein Juwel unter den zeitgenössischen Gaunerkomödien.»
Sonntagszeitung

«Eine ziemlich schräge Geschichte, die sich der Mexikaner Hugo Rodriguez da ausgedacht hat. Alles läuft in Echtzeit ab, das heisst, der fantastisch montierte Film dauert genau so lang wie seine Handlung.»
Kulturinfo Zürich

«Voyeur intempestif et hacker de talent, Lolo a choisi de se faire le complice d?une bande de malfrats. Mais le jour où il inaugure sa carrière criminelle, il choisit également d?arrêter de fumer. Une détermination qui va déclencher malgré lui une succession de morts violentes. Une fable caustique et macabre qui, en dépit d?un démarrage laborieux, se savoure au second degré.»
Le Nouvel Observateur