Banel & Adama

Banel aime Adama et Adama aime Banel. Les amoureux aspirent à vivre libres dans leur propre maison à l’écart du village et à l’encontre des traditions. Hélas, la sécheresse menace. Sélectionné en compétition à Cannes, le premier long-métrage de Ramata-Toulaye Sy est un conte romantique aux accents mythologiques. Poétique, le film brille de mille feux sous un soleil de plomb.

Dans un hameau au nord du Sénégal, la jeune Banel et le bel Adama s’aiment d’un amour inconditionnel. Comme le veut la coutume, il l’a prise pour épouse, elle qui était la deuxième femme de son père récemment décédé. Tous deux veulent vivre leur passion intensément et passent leur temps libre à déterrer une maison ensevelie par les sables. Elle pourra abriter leur amour et leur permettre d’échapper aux traditions qui le menacent. Cela signifie aussi qu’Adama doit refuser le rôle de chef de la communauté auquel il est destiné. Lorsqu’il se décide à informer le conseil des anciens, le village est en émoi, d’autant plus que la pluie qui aurait dû tomber ne vient pas, mettant en péril les bétails et cultures.

Filant cette histoire d’amour sur une terre aride où la puissance de la nature et des paysages subjugue, Ramata-Toulaye Sy signe un premier long-métrage fascinant, dont la dimension tragique renvoie à la fois aux traditions sub-sahariennes et à la mythologie grecque. La réalisatrice y exprime les contraintes imposées aux femmes, tout en évoquant les conséquences du réchauffement climatique. À travers le personnage de Banel et son corps baigné d’une lumière de plus en plus éclatante, la cinéaste décrit certes une femme prise dans un monde qui tente de l’enfermer. Mais au-delà du drame naturaliste, grâce à un grand sens de l’épure et une touche de réalisme magique, celle-ci s’impose comme une héroïne irréductible, mue par un brin de folie et résolue à vivre son amour en toute liberté. En résulte une œuvre moderne et d’une beauté vibrante, qui défie les conventions.

Festivals & prix

Festival de Cannes 2023
Compétition officielle
Chicago International Film Festival
Denver International Film Festival

GIFF – Geneva International Film Festival
International Feature Competition
Jerusalem Film Festival
Melbourne International Film Festival

Bright Horizons Award
Filmfest MĂĽnchen
CineVision Award
Marrakech International Film Festival
Indie Memphis Film Festival

artwork

Fiche technique

Titre original
Banel e Adama
Titre
Banel & Adama
RĂ©alisation
Ramata-Toulaye Sy
Pays
Sénégal
Année
2023
Scénario
Ramata-Toulaye Sy
Montage
Vincent Tricon
Musique
Bachar Mar-Khalifé
Image
Amine Berrada
Son
Benjamin Silvestre, Olivier Voisin, Jean-Pierre Laforce
Costumes
Mariam Diop
DĂ©cors
Oumar Sall
Production
La Chauve-Souris, Take Shelter
Formats
DCP
Durée
87 min.
Langue
Pulaar/d/f
Interprètes
Khady Mane (Banel), Mamadou Diallo (Adama), Binta Racine Sy (La mère), Moussa Sow (Racine)

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Plus sur ce film dans notre magazine

Image du film «Banel & Adama»
Tribune

L'amour au temps de la sécheresse

Banel et Adama s'aiment. Ils vivent dans un petit village du nord du Sénégal et aspirent à avoir leur propre maison, loin de leur famille et des obligations sociales. Mais cela signifie qu'Adama ne peut pas assumer le rôle de chef de village qui lui est destiné. Lorsque le jeune homme informe le conseil du village de sa décision, toute la communauté est en émoi et la pluie qui ...

Plus
Image du film Banel & Adama
Entretien

«Banel est inspirée de ma personnalité»

Sélectionné en compétition à Cannes, le premier long-métrage de la cinéaste franco-sénégalaise Ramata-Toulaye Sy est une puissante tragédie romantique, dont l’héroïne à la fois forte et ténébreuse défie l’ordre établi. La réalisatrice était présente en Suisse romande pour dialoguer avec le public lors d’avant-premières. Morceaux choisis.

Plus

Revue de presse

«Dieser erstaunlich klar und stark gestaltete Erstlingsfilm erinnert in seiner fabelhaften dörflichen Anlage an die Werke des Schweizers Jeremias Gotthelf.» Radio SRF, Michael Sennhauser

«Cadencé, le premier long métrage de Ramata-Toulaye Sy est un beau récit sur l’amour et les superstitions.» Libération

«Es ist zugleich das Porträt eines jungen Mädchens, dessen unbändiges Temperament alles mit sich reisst und vor nichts und niemandem Halt macht. Einfach magisch!» arte

«La jeune réalisatrice convoque la puissance du cinéma pour appeler à changer nos comportements.» Africine, Olivier Barlet

«Eine bildstarke Liebesgeschichte, die einen weit weg führt in eine bedrohte, völlig ausgetrocknete Landschaft.» ZDF

«Un conte moderne sur l’émancipation. Lumineux.» France Info

«Furios gespieltes und fotografiertes Drama um Liebe, Selbstbehauptung und enttäuschte Erwartungen.» Filmfest München

«Sy malt mit ihrer Kamera atemberaubende Szenen und zeigt eine wunderbare Art, die Welt zu sehen.» The Hollywood Reporter

«Das konzentrierte Schauspiel und bestechende Bildkompositionen vermittlen ein menschliches Drama von seltener Intensität.» Moviebreak