Hasen no malice - The Frame

de Satoshi Isaka, Japon, 1999
A une table de montage √©lectronique, des doigts rapides pr√©parent les images de "Dix heures moins neuf", l'√©mission d'actualit√©s plut√īt agressive d'une cha√ģne de t√©l√©vision priv√©e, s'effor√ßant de donner au sujet l'acuit√© r√©clam√©e par une soci√©t√© m√©diatis√©e et de procurer aux f√©tichistes de l'audimat les chiffres attendus. Yoko Endo, excellente monteuse, capable d'exercer son m√©tier les yeux ferm√©s, a l'habitude de finir une √©mission une seconde avant sa diffusion, sans pour autant en diminuer la force de divulgation. Cette fois aussi, elle r√©ussit, par un simple effet de montage, √† d√©montrer la culpabilit√© d'un homme, p√®re de famille, l'accusant ni plus ni moins d'un meurtre. L'esquisse d'un sourire sur son visage suffit. Satoshi Isaka s'est d√©j√† int√©ress√© au monde des m√©dias dans son premier film, "Focus". Ici, sous la forme d'un thriller, il nous r√©v√®le de fa√ßon magistrale ce qui peut arriver √† la v√©rit√© quand le temps presse, la mani√®re dont sont fabriqu√©es les images de nos programmes t√©l√©vis√©s et surtout les conditions dans lesquelles la t√©l√©vision d'aujourd'hui travaille.

Suspense dans le milieu des médias. Le paysages des médias a vecu beaucoup de changements au cours des dernières années. Autrefois, les médias - journaux ou télévision - avaient le temps de faire un traveil sérieux. Aujourd'hui, on a souvent l'impression que seules deux choses comptent: la rapidité et la capacité à divertir le public. Les journaux se sont adaptés aux médias électroniques, si bien que nous avons souvent le sentiment que le fait d'annoncer quelque chose passe avant la valeur ou même la véracité du fait présenté.

Satoshi Isaka sait très bien de quoi il parle, puisqu'il a lui-même travaillé comme journaliste à la télévision. Avec "Focus" déjà, son premier film de fiction, il avait provoqué en 1997 de nombreuses discussions. Avec "The Frame", il poursuit le même discours, sans toutefois oublier la dimension humoristique. Le réalisateur sait jusqu'à quel point on cherche à présenter les choses d'une manière attractive, et aussi dans quelle mesure les faits et l'être humain comptent moins que des histoires que l'on peut construire. Il nous montre ce qui se passe effectivement dans les rédactions de nos médias. Ils démontre aussi comme il peut être facile d'instrumentaliser les médias, en leur présentant simplement une information qui peut être qualifiée de scoop. Et il montre aussi que derrière le terme de médias se trouvent des êtres humaines, par conséquent vulnérables.
artwork

Fiche technique

Titre original
Hasen no malice - The Frame
Titre
Hasen no malice - The Frame
Réalisation
Satoshi Isaka
Pays
Japon
Année
1999
Scénario
Hisashi Nozawa
Montage
Junichi Kikuchi
Musique
Tsukasa Tawada
Image
Tetsuro Sano
Son
Yoshitaka Imai
Décors
Iwao Saitoh
Production
Super Vision Production, Tokio
Formats
35mm
Durée
108 min.
Langue
Japanisch/d/f
Interprètes
Hitomi Kuroki, Tetsuo Yamashita, Toshio Kakei, Akira Shirai, Saburo Shinoda, Takeo Nakahara

Documents

artwork artwork artwork artwork artwork

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Revue de presse

¬ęDans les ann√©es quarantes Alan Ladd et Veronika Lake ou d'autres vedettes des B-Pictures auraient √©t√© les stars de 'The Frame'. Le film aurait √©t√© intitul√© 'Frame up' ou 'Double Cross'. Dans les ann√©es 60 'Blow up' a travaill√© avec un principe similaire du 'maintenant tu le vois, maintenant tu ne le vois pas' qui est important pour un thriller intelligent. Plus tard. le film 'The Conversation' est all√© sur le champ min√© des histoires et de la paranoia. 'The Frame' est un thriller √† suspense extraordinaire, une variation moderne sur un th√®me connu.¬Ľ
Milton Hamlin in American Dreamer