La naciĂłn clandestina

Sebastian, Indien aymara, ancien menuisier de cercueils qui s'est adapté à la ville tout en reniant ses origines, retourne un beau jour dans sa tribu indienne sur le plateau andin. Celle-ci l'avait rejeté, il y a des années, le condamnant pour trahison. Sur son long chemin à pied, portant sur son dos le masque mythique du «Danzanti», il prend conscience de son identité culturelle ainsi que des raisons de son erreur et de son bannissement: l'aliénation cède la place à ses origines retrouvées, auprès desquelles le «fils perdu» désire mourir, accomplissant le «Danzanti», l'ancienne danse de la mort. Entretemps, les Aymaras retournent au village après leur lutte contre le coup d'état militaire: ils considèrent avec méfiance et incompréhension la danse et les motifs de Sebastian. Durant trente ans, Jorge Sanjinés a filmé son peuple, son pays, la Bolivie. Dans toutes ses oeuvres, mélangeant souvent fiction et documentaire, le cinéaste a mené un combat politique bien tranché contre l'impérialisme américain. Après de nombreuses années de silence, il revient pénétrant au plus profond de l'âme sud-américaine, s'interrogeant sur le rapport entre héritage culturel et désagrégation sociale, l'identité profonde et la perte du moi. Il ne s'agit pas d'un retour aux sources, ni d'un virage, mais d'un approfondissement d'une réflexion, où une identité collective se cherche, évolue, peut-être à contresens du combat politique. «La Nation clandestine» c'est aussi l'aboutissement de l'art de Sanjinés qui nous propose un conte au climat magique, proche du fantastique. Le film complexe et élégiaque captive par son style de narration inhabituel, par ses images inondées de musique bolivienne, par son climat lyrique et magique.

Festivals & prix

San Sebastián International Film Festival
Golden Seashell Best Film 1989

artwork

Fiche technique

Titre originalLa naciĂłn clandestina
TitreLa naciĂłn clandestina
RĂ©alisationJorge Sanjines
PaysBolivie
Année1989
ScénarioJorge Sanjinés
MontageJorge Sanjinés
MusiqueCergio Prudencio
ImageRafaél Flores, Delfina Mamani
SonJuan Guarani
Costumes
DĂ©cors
ProductionBeatriz Palacios, Grupo Ukamau, La Paz
FormatsBlu-ray, DCP
Durée128 min.
LangueSpanisch, Aymara/d + f + e
InterprètesJulio Baltazar, Orlando Huanca, Roque Salgado, Delfina Mamani, Reynaldo Yujra, Percy Brun, Zulema Bustamante, Juan Carlos Calcina, Víctor Condiri, Tatiana Mancilla

Fiche technique

Titre originalLa naciĂłn clandestina
TitreLa naciĂłn clandestina
RĂ©alisationJorge Sanjines
PaysBolivie
Année1989
ScénarioJorge Sanjinés
MontageJorge Sanjinés
MusiqueCergio Prudencio
ImageRafaél Flores, Delfina Mamani
SonJuan Guarani
Costumes
DĂ©cors
ProductionBeatriz Palacios, Grupo Ukamau, La Paz
FormatsBlu-ray, DCP
Durée128 min.
LangueSpanisch, Aymara/d + f + e
InterprètesJulio Baltazar, Orlando Huanca, Roque Salgado, Delfina Mamani, Reynaldo Yujra, Percy Brun, Zulema Bustamante, Juan Carlos Calcina, Víctor Condiri, Tatiana Mancilla

Documents

artwork artwork artwork artwork artwork artwork artwork

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Revue de presse

«Der Spielfilm des grossen bolvianischen Regisseurs Jorge Sanjinés ist ein Portrait und zugleich eine Selbstartikulation alter indianischer Kultur.»

Tagesspiegel Berlin

«In einer langen Rückblende wird die Genese erzählt, sehr behutsam, sehr eindringlich, mit einer wie dokumentarisch erscheinenden Authenzität.»

Michael Kötz

«Sanjinés gelingt es, den politischen Diskurs mit einem eindringlichen und faszinierenden Ansatz über Kultur und Identität zu verbinden.»

Pardo News

«Ein Film mit immenser Kraft, voll mit Anregungen und der Herausforderung, über vieles nachzudenken.»

Revista Domingo

«Wir glauben, dass politischer Kampf und ein starkes Bewusstsein der kulturellen Identität nicht unbedingt identisch sind, sondern dass das Bewusstsein oft durch politische Vorschläge von aussen unterwandert wird. Die können sehr wohl ihren Beitrag leisten zu einem revolutionären Prozess, aber sie dürfen den eigenen revolutionären Weg nicht entstellen.»

Jorge Sanjinés