La tierra y la sombra

Bild von

Alfonso ist ein alter Bauer, der nach Hause zurückkehrt, um sich um seinen schwerkranken Sohn zu kümmern. Er entdeckt sein altes Haus wieder, wo die Frau, die einmal seine Ehepartnerin war, noch immer lebt mit seiner Schwiegertochter und dem Enkelsohn. Die Landschaft, die ihn erwartet, gleich einem Ödland. Weite Zuckerrohrplantagen umgeben das Haus und produzieren immerwährende Aschenwolken. 17 Jahre, nachdem er seine Familie verlassen hat, versucht Alfonso wieder dazuzugehören und seine Familie zu retten.

Festivals & Auszeichnungen

Caméra d'Or, Cannes 2015

artwork

Credits

OriginaltitelLa tierra y la sombra
TitelLa tierra y la sombra
RegieCĂ©sar Augusto Acevedo
LandKolumbien
Jahr2015
DrehbuchCĂ©sar Augusto Acevedo
MontageMiguel Schverdfinger
Musik
KameraMateo Guzmán
TonJean-Guy Veran
KostĂĽmeMaria Camila Botero
AusstattungMarcela GĂłmez Montoya
ProduktionDiana Bustamante Escobar
FormateDVD, DCP
Länge97 Min.
SpracheSpanisch/f/e
Schauspieler:innenJosé Felipe Cárdenas, Haimer Leal, Edison Raigosa, Hilda Ruiz, Marleyda Soto

Credits

OriginaltitelLa tierra y la sombra
TitelLa tierra y la sombra
RegieCĂ©sar Augusto Acevedo
LandKolumbien
Jahr2015
DrehbuchCĂ©sar Augusto Acevedo
MontageMiguel Schverdfinger
Musik
KameraMateo Guzmán
TonJean-Guy Veran
KostĂĽmeMaria Camila Botero
AusstattungMarcela GĂłmez Montoya
ProduktionDiana Bustamante Escobar
FormateDVD, DCP
Länge97 Min.
SpracheSpanisch/f/e
Schauspieler:innenJosé Felipe Cárdenas, Haimer Leal, Edison Raigosa, Hilda Ruiz, Marleyda Soto

Pro Material

artwork artwork artwork artwork artwork artwork artwork artwork

Möchten Sie diesen Film zeigen?

Bitte fĂĽllen Sie unser Formular aus.

VorfĂĽhrdatum VorfĂĽhrung
Veranstalter/Veranstalterin

Pressestimmen

César Acevedo: «L’idée du film est venue d’une souffrance personnelle. Au moment de l’écriture du scénario, ma mère était décédée et mon père était un fantôme. Et étant donné mon incapacité à me construire des souvenirs, ils me semblaient perdus à jamais. C’est ainsi qu’est né le besoin de faire un film qui me permettrait de retrouver les deux personnes les plus importantes de ma vie, en utilisant le langage filmique. Cela m’a conduit à créer un microcosme constitué d’une petite maison et d’un arbre, où je pouvais en quelque sorte retrouver ceux que j’aimais tant. Je suis originaire de la région colombienne Valle del Cauca dont l’économie repose essentiellement sur l’industrie du sucre. Mon intention dès le départ était de parler de personnes meurtries par une idée paradoxale du progrès, qui a généré de nombreux problèmes sociaux, invisibles aux yeux de l’histoire. Étant donné que le récit se concentre sur le conflit familial, le plus important était de faire passer la distance physique et émotionnelle entre les personnages. J’avais besoin d’un stratagème pour qu’ils partagent les mêmes lieux et le même rythme, malgré le manque de communication entre eux. L’inconfort entraînerait alors la révélation progressive de ces passions et de ces émotions, chacun étant forcé de se confronter aux autres et au lieu qu’ils partagent.  C’est pourquoi l’utilisation des plans-séquences était incontournable. Ils permettaient de rendre l’enfermement physique et émotionnel des personnages plus palpable et de les inciter à agir. Nous souhaitions des images qui donneraient le sens du temps qui passe, afin de donner au spectateur l’opportunité de ressentir ce qu’il voit, sans s’en tenir uniquement à ce qui est visible. »