Padre Padrone

Image de

Dans la Sardaigne profonde des ann√©es 1940, √† l'√Ęge de cinq ans, le petit Gavino est contraint d'abandonner l'√©cole apr√®s deux mois seulement car il doit dor√©navant aider son p√®re √† garder les animaux. Il grandit ainsi dans l'isolement, loin de la soci√©t√© humaine. C'est gr√Ęce au service militaire √† l'√Ęge de 21 ans qu'il peut √©chapper √† l'emprise de son p√®re. Il apprend √† lire, ce qui est pour lui une r√©v√©lation (il deviendra linguiste), et en sortant de l'arm√©e, il rejette le rapport de quasi-esclavage impos√© par son p√®re.

Festivals & prix

Palme d'Or Cannes 1977

Special David 1978

FIPRESCI Prize 1977

Interfilm Grand Prix Berlinale 1977

artwork

Fiche technique

Titre original
Padre Padrone
Titre
Padre Padrone
Réalisation
Paolo & Vittorio Taviani
Pays
Italie
Année
1977
Scénario
Gavino Ledda (Buch, Paolo & Vittorio Taviani
Montage
Roberto Perpignani
Musique
Egisto Macchi
Image
Mario Masini
Son
Pietrantonio Federico, Giovanni Sardo
Costumes
Lina Nerli Taviani
Décors
Gianni Sbarra
Production
Giuliani G. De Negri, Rai Due
Formats
35mm, DVD, Blu-ray, DCP
Durée
113 min.
Langue
Italienisch/d + f
Interprètes
Omero Antonutti (Vater), Saverio Marconi (Gavino), Marcella Michelangeli (Mutter), Fabrizio Forte (Gavino jung), Marino Cenna (Hirte), Stanko Molnar (Sebasiano), Nanni Moretti (Cesare), Pierluigi Alvau, Giuseppino Angioni, Fabio Angioni

Documents

artwork artwork artwork artwork artwork

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Revue de presse

¬ęWas Padre padrone √ľber die meisten Filme mit politisch-ideologischem Vorzeichen hinaushebt, ist seine Sinnlichkeit, seine dichterische Gr√∂sse und seine bildliche Sch√∂nheit. Alles stimmt hier: die gedankliche Genauigkeit, die Weite und Herbheit der Landschaft, die Gesichter der Spieler, ihr sparsamer Dialog und die Musik, die von den Tavianis wie schon in ihren beiden letzten Filmen San Michele aveva un gallo und Allonsanf√°n mit einer geradezu urt√ľmlichen Wucht eingesetzt wird.¬Ľ Fred Zaugg, Der Bund

¬ęConstruction rigoureuse qui est sans doute la condition m√™me de la plus grande le√ßon que donne le film; ce destin exemplaire n'est pas donn√© comme destin-mod√®le: c'est tout ensemble la description au plus pr√®s du v√©cu du protagoniste de cette ascension sociale et ses limites que propose Padre padrone. Il n'y a pas de miracle √† cette richesse du film, qui est d'abord le r√©sultat d'une r√©flexion sur le langage m√™me qui a pr√©c√©d√© et nourri ce film sur l'acquisition du langage.¬Ľ √Čmile Breton