Les baliseurs du désert

de Nacer Khemir, Tunisie, 1984
Image de

Un jeune instituteur arrive dans un village aux confins du dĂ©sert, perdu dans les sables qui le mangent pierre par pierre. Il n'y a pas d'Ă©cole, des enfants courent dans les ruelles sombres, construisent un jardin de miroirs brisĂ©s Ă  l'orĂ©e du village, tandis que d'autres dialoguent avec un esprit cachĂ© dans un puits ou creusent le sol Ă  la recherche d'un trĂ©sor. Dans ce village, en plus des enfants, ne restent que les vieillards, les femmes, et une jeune fille trĂšs belle et trĂšs secrĂšte. Les hommes sont partis dans le dĂ©sert pour en chercher les limites. On les entend parfois, le vent portant jusqu'au village leur mĂ©lopĂ©e triste et envoĂ»tante d'une Andalousie passĂ©e. On les aperçoit aussi, comme un mirage, au loin, au travers des nuages de sable flottant sur le dĂ©sert infini. Sont-ils un rĂȘve? Ou les gardiens d'un «autre» monde? L'instituteur, attendu pour rompre le charme, se laissera envoĂ»ter, reprendre par le monde du dĂ©sert et rien ne pourra l'empĂȘcher de rejoindre les arpenteurs de l'infini.
CouronnĂ© dans de nombreux festivals, il s'agit lĂ  du premier film de l'auteur du fameux «Collier perdu de la colombe». Un dĂ©but oĂč dĂ©jĂ  flotte cet air des Mille et Une Nuits, oĂč le rĂ©el et la magie s'imbriquent, se fondent Ă  la surface des choses et des ĂȘtres. La culture arabe, pour Nacer Khemir, essaime entre l'Andalousie et la Sogdiane, entre Cordoue et Samarcande. Il tire de cette culture toute son inspiration. Les images lumineuses Ă©clairent des visages Ă  la beautĂ© mystĂ©rieuse. La poĂ©sie des gestes et des objets nous entraĂźne dans un monde fabuleux, dans une quĂȘte vers un temps perdu d'amour et de libertĂ©, tels ces baliseurs dans leur impossible recherche des limites de l'espace et du temps.

Festivals & prix

Festival des trois continents Nantes
Montgolfiùre d‘or
Mostra de ValĂšncia-Cinema del Mediterranian 1985
Winner Golden Palm

Valladolid International Film Festival 1984

artwork

Fiche technique

Titre original
Les baliseurs du désert
Titre
Les baliseurs du désert
RĂ©alisation
Nacer Khemir
Pays
Tunisie
Année
1984
Scénario
Nacer Khemir
Montage
Moufida Tlatli
Musique
Fethi Zgonda
Image
Georges Barsky
Son
Faouzi Thabet
Costumes
Maud Perl
DĂ©cors
Arno Heins, Robert Nardonne.
Production
Latif Productions-Satpec, Tunis; France MĂ©dia s.a., Paris
Formats
35mm, DVD, DCP
Durée
95 min.
Langue
Arabisch/d + f + e
InterprĂštes
Soufiane Makni, Noureddine Kasbaoui, Sonia Ichti, Abdeladhim Abdelhak, Hedi Daoud, Nacer Khemir, Hassen Khalsi, Jamila Ourabi, Hamadi Laghmani, Mohsen Zazaa, Mohamed Ayadi, Mongi Tounsi

Documents

artwork artwork artwork artwork artwork artwork artwork

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Revue de presse

«Seine Bilder von der WĂŒste und des vom Verschwinden bedrohten Dorfes lassen einen nicht mehr los.» Le Matin

«Ce conte Ă  rĂȘver les yeux ouverts pourrait ĂȘtre un supplĂ©ment aux «Mille et une nuits». D'entrĂ©e Nacer Khemir, cinĂ©aste amoureux de la beautĂ© mystĂ©rieuse du dĂ©sert et qui interprĂšte le rĂŽle principal de l'instituteur, raconte une histoire qui nous fait Ă©chapper Ă  la rĂ©alitĂ©.» France-Soir

«The first film directed by the storyteller, illustrator and poet Nacer Khemir takes an oral legend as its starting point and turns it into a complex allegory. The director lines up mysteries, deceptions and questions without giving answers, but controls his labyrinthine tale with an unobtrusive incantatory skill, favoring the problem of time over that of space. Plain, bare and elliptical, the Tunisian’s directorial debut pays tribute to the splendor of Arab culture through a studied and painterly composition of the shots and sequences and a screenwriting steeped in poetry.» La Biennale Venezia

«Nacer Khemirs Film ist eine Hymne auf die Kindheit und ein Werk ĂŒber die Sehnsucht nach einer vergangenen Zeitepoche. Ein Bild reiht sich ans andere wie in einem uralten Traum.» CinĂ©matographie

«Ein magischer, kontemplativer Film, der weit von unserer Ruhelosigkeit und unseren Frustrationen entfernt angesiedelt ist.» Cahiers du cinéma

«Der Film besticht von Anfang an durch seine prachtvollen Bilder und seine poetische Sprache. Ganz einfach grossartig.» L'Evénement

«Man vergisst die Gewissheiten des modernen Lenens. Khemir zeigt uns die Elemente der Vergangengheit in atemberaubend schönen und sorgfÀltig ausgearbeiteten Bildern.» La Revue du Cinéma

**********

«Man lÀuft oft einem Traum nach, und wenn man ihn trifft, erkennt man ihn nicht.»

Nacer Khemir