Sibaji

Image de

Oknyo, une jeune fille farouche, devient la mère porteuse d'un clan qui craint pour sa postérité. Toute l'attention ou la tendresse que l'on accorde à l'adolescente de 17 ans est destinée au futur enfant, et non à elle. De plus, une fois que son fils aura vu le jour, il lui sera arraché. Une femme se voit donc réduite à une partie de son corps et jugée selon son utilité; on abuse d'elle d'après un mode d'emploi tout prêt. Or, soudain, le programme part à la déroute. En effet, la vie sentimentale de la mère porteuse et du prince déjouent tous les calculs: de cette conception forcée nait une passion, peut-être même de l'amour. Le prince vient de violer un tabou: il se laisse aller, dévoile tous ses sentiments et son désir. Toutefois, la vie reste enfermée dans son enclos: elle ne peut se libérer que sous forme de rencontres furtives et physiques. Lorsque le clan, plus tard, arrache le nouveau-né des bras de sa mère, le prince ne peut s'opposer à la séparation d'Oknyo que par des larmes versées à la dérobée.
Dans ce monde o√Ļ un fils est tout et une fille n'est rien, o√Ļ les anc√™tres sont ma√ģtres du pr√©sent, o√Ļ l'enfant est d√©j√† √©duqu√© dans le ventre de sa m√®re, l'irruption de la vie signifie, du point de vue social, un danger mortel. Aussi, la jeune fille, d√©pourvue de tout pouvoir social, n'est-elle pas la seule √† √™tre victime de r√®gles inhumaines: la princesse se soumet elle aussi, muette, √† un ordre social. Celui-ci la force entre autres √† assister, devant la porte tendue de papier de riz √† moiti√© transparent, √† assister √† l'acte sexuel de son √©poux. Dans Sibaji, comme dans ses autres films d'ailleurs, Kwon-taek lm a recours au pass√© pour parler du pr√©sent. Un proc√©d√© qui, en l'occurence, fait fr√©mir le spectateur d'√©motion: peu de films d'lm pr√©sentent la densit√© et la puissance √©motionnelle de cette oeuvre dont la renomm√©e internationale ne cesse de cro√ģtre. Comme de coutume, c'est avec beaucoup de r√©serve qu'Im ma√ģtrise tous les pi√®ges de l'histoire afin d'en faire une all√©gorie tragique. Sans path√©tisme, sans m√©lo, mais par des images pr√©cises et sensuelles d'une beaut√© troublante, Kwon-taek lm d√©crit l'antagonisme fatal entre la vie et la loi, l'individu et le pouvoir collectif: on se sert de l'√™tre humain pour parvenir √† ses fins. Et c'est au nom de ces m√™mes fins, devenues une valeur en soi, que l'on dispose de l'individu. Le syst√®me et la soci√©t√© deviennent une prison. Ainsi, √† la fin du film, Pilnea, autrefois m√®re porteuse elle aussi, dit √† sa fille Oknyo: ¬ęCe n'est pas notre corps, mais le respect qui nous rend humains.¬Ľ

Festivals & prix

Venice Film Festival
Best Actress
Asia-Pacific Film Festival
Best Director, Best Film, Best Supporting Actress
Faro Island Film Festival
Best Actress
Korean Association of Film Critics Awards
Best Cinematography
Nantes Three Continents Festival
Best Actress, Best Costume Design, Best Production Design

artwork

Fiche technique

Titre original
Sibaji
Titre
Sibaji
Réalisation
Kwon-taek Im
Pays
Corée du Sud
Année
1987
Scénario
Im Kwon-taek
Montage
Sun-duk Park
Musique
Byung-ha Shin
Image
Joong-mo Goo
Production
Do-hwan Jeong
Formats
35mm
Durée
94 min.
Langue
Koreanisch/d/f
Interprètes
Soo-yeon Kang, Goo-soon Lee, Eun-jin Han, Hee Bang, Yang-ha Yoon

Documents

artwork artwork artwork

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Revue de presse

¬ęIm Kwon-taek erz√§hlt analytisch wie eh und je. Das Melodrama, das in dieser Geschichte steckt, wird ganz Struktur der Beobachtung. Die Kamera wie der Film erfassen pr√§zise, beziehen aber nicht Stellung. Nicht weil die Stellung zum Geschehen nicht klar w√§re und klar sein muss, sondern gerade, weil sie es ist.¬Ľ

Ekkehard Knörer, jump-cut

***********

Im Kwon-taek:

¬ęIch wollte versuchen, Geschichte zu vergegenw√§rtigen, um so Situationen und Entwicklungen in der koreanischen Gegenwart besser analysieren zu k√∂nnen. Sibaji ist ein Film, der sich mit den konventionellen Glaubensformen der Koreaner auseinander setzt. Es geht konkret um die Bevorzugung der S√∂hne - eine Haltung, die mit dem Ahnenkult und seiner Tradition eng zusammenh√§ngt.¬Ľ