Ta Dona

de Adamo Drabo, Mali, 1991
Image de

Dans le petit village bambara de Farabougou du sud saharien, la saison des pluies tire à sa fin. Les récoltes s'annoncent abondantes. Pourtant, il y a émoi à Farabougou, car l'oracle a prédit une brusque sécheresse et des incendies. Pour Sidy, jeune ingénieur des eaux et forêts, installé depuis quelque temps dans le village, c'est le début d'une longue marche initiatique. Il part à la recherche d'une plante aux sept pouvoirs curatifs dont les guérisseurs ont perdu la septième vertu. Sa quête l'entraîne dans les profondeurs dangereuses et mystiques de la société bambara ... Il va se heurter à la corruption de la haute administration, comme à certaines pratiques ancestrales. Pourtant, il ne s'agit pas d'un «européanisé». Il cherche à faire le lien entre la tradition africaine et la nécessaire modernisation de la vie dans les villages. Pourses débuts de cinéaste, le jeune malien Adama Drabo n'hésite pas à lier plusieurs des plus importants thèmes du cinéma africains. Entre un présent autoritaire et corrompu, et un passé mythique, Adama Drabo cherche la voie du développement de l'Afrique. Ce n'est pas tout: il nous raconte une histoire où le suspens, les rebondissements nous tiennent en haleine. Dans un mélange heureux des genres, passant de la magie du verbe africain à la satire des moeurs des nouveaux possédants, de la comédie à la critique la plus virulente, «Ta Dona» nous raconte l'Afrique, la vraie, celle d'aujourd'hui.

Festivals & prix

FESPACO Ouagadougou 1991
Prix spécial enviroment, Bester Debütfilm
Preis der afrikanischen Filmkritik, Preis der OAU

Cannes, 1991
Eröffnungsfilm Un certain Regard

artwork

Fiche technique

Titre originalTa Dona
TitreTa Dona
RĂ©alisationAdamo Drabo
PaysMali
Année1991
ScénarioAdamo Drabo
MontageRose Evans Decraene
MusiqueBanzoumana Sissoko, Orchestre Badema
ImageLionel Cousin, Mamadou F. Coulibaly
SonKhalil Thera
Costumes
DĂ©cors
ProductionKora Films und CNCP Bamako
Formats35mm
Durée113 min.
LangueBambara/d/f
InterprètesFily Traore, Djemeba Diawara, Ballamoussa Keita, Abdou Samake, Arouna Diarra, Mamadou Fomba, Djibril Kouyate, Samby Karambe, Fatoumata Touré

Fiche technique

Titre originalTa Dona
TitreTa Dona
RĂ©alisationAdamo Drabo
PaysMali
Année1991
ScénarioAdamo Drabo
MontageRose Evans Decraene
MusiqueBanzoumana Sissoko, Orchestre Badema
ImageLionel Cousin, Mamadou F. Coulibaly
SonKhalil Thera
Costumes
DĂ©cors
ProductionKora Films und CNCP Bamako
Formats35mm
Durée113 min.
LangueBambara/d/f
InterprètesFily Traore, Djemeba Diawara, Ballamoussa Keita, Abdou Samake, Arouna Diarra, Mamadou Fomba, Djibril Kouyate, Samby Karambe, Fatoumata Touré

Documents

artwork artwork artwork

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Revue de presse

«'Ta Dona' apparaît comme une sorte de parcours initiatique où celui qui reçoit l'enseignement n'est pas seul à grandir: chacun peut s'enrichir du savoir des autres s'il n'est pas avare de ses propres connaissances. Ce film passionnant - il permet une meilleure compréhension des événements récents - est construit comme un tableau. Il progresse par touches successives: des images, des scènes, apparemment sans lien, finissent par composer une représentation très précise de l'environnement géographique, social et mental dans lequel évoluent les Maliens aujourd'hui.»
Le Monde Diplomatique

«Incorporating dashes of local color into a contemporary tale of ancient mysticism and modern corruption, Ta Dona strikes an appealing balance between old and new.»
Variety

«Ta dona en bambara, signifie «au feu». Un feu que l’oracle a prédit dans un village sud-saharien. Un feu inévitable parce que souvent déclenché par une population mal informée. Le réalisateur Adama Drabo raconte, dénonce et éduque tout à la fois.
Ancien instituteur convaincu que le cinéma est le meilleur vecteur pour toucher une population souvent illettrée, il le fait avec beaucoup de générosité, de talent et d’esprit, et un immense amour pour son pays. Sous prétexte de conte, il s’élève en faux
contre l’affirmation d’un de ses personnages .Grâce à lui, nous faisons une savoureuse excursion en pays bambara avec des comédiens doués, truculents et malicieux.»
Premiere

«This exciting film is composed like a painting, one stroke after another. Images and scenes reveal a very precise portrait of the geographic, social and intellectual environment of present-day Mali.»
Le Monde

«Pour moi qui suit un enfant de la ville, ces dix années dans le monde rural ont été un choc et une révélation.Ma formation me portait à considérer comme négatives les valeurs de la société rurale.Puis j’ai demandé à recevoir l’initiation et, avec le temps, j’ai compris bien des choses. J’ai appris que ce monde est détenteur de grande richesses, que c’est là que se trouve la vraie force du pays. Pourtant il m’a fallu beaucoup de temps encore pour comprendre que cette force est bloquée, entravée. Un environnement socio-économique implacable ne permet pas aux ruraux de se réaliser. Il y a véritablement un génie de ce peuple, mais son développement est freiné, bâillonné par le système -politique, administratif, économique- mis en place. Il faut donc travailler à libérer cette force et pour la libérer, il faut des hommes comme Sidy, des hommes qui ont deux cultures en eux, la traditionnelle et la moderne. Et par rapport à la culture occidentale, la dernière à être ingurgitée, il faut que l’individu retourne à ses sources. C’est en se ressourçant, en s’imprégnant de la vie du village, qu’il peut porter ses deux cultures au même niveau et mettre ses forces en symbiose.Une fois bien assimilées les deux cultures, on peut les gérer et une dynamique qui mène l’individu à se dépasser se met en place. Ça devient un moteur qui lui permet d’entreprendre des actions d’une ampleur universelle, profitables à l’ensemble de la communauté humaine, comme la recherche du septième canari. La tradition pousse à la recherche, la modernité introduit le doute et la capacité de critiquer. La tradition permet à Didy d’entrer en profondeur dans sa société et de retrouver la vertu du septième canari, la science moderne lui apprend à doser le médicament. Cependant, alors que Sidy et les villageois s’enrichissent mutuellement en conjuguant leurs savoirs et leurs ressources, la corruption règne chez les puissants qui magouillent et détournent le bien public à qui mieux mieux. En fait, malgré leur formation et leurs moyens -économiques et intellectuels- , ce sont des hommes qui ne sont pas arrivé à assimiler les deux cultures. La modernité a pris le dessus et ils ont oubliés la part la plus profonde d’eux-même. Sans le support de la tradition, ils ne pensent plus qu’à s’enrichir et leur vie se réduit à une poursuite effrénée et toujours insatisfaite de biens matériels. Chez nous aujourd’hui, quel que soit le champ d’activité, la démarche de Sidy peut être opérationnelle. Ce n’est pas la seule -je ne suis pas prophète-, mais c’est une proposition que je fais. Je suis un cinéaste qui vit dans son temps. Je fais partie intégrante de cette société. Je l’observe, je lis, je m’informe, je recoupe, j’analyse. Je tente d’imaginer l’avenir et, à travers ce film, je propose à la réflexion du public ce qui me paraît pouvoir nous faire avancer.»
Adama Drabo