Meghe dhaka tara

de Ritwik Ghatak, Inde, 1960
Image de

Impressionnant r√©cit de la destruction des structures familiales, ce chef-d'oeuvre d'une rare sensibilit√© t√©moigne lui aussi de la douleur de Ghatak vis-√†-vis d'un Paradis perdu. Forc√©e √† fuir le Bengale pour l'Inde en raison de la s√©paration du pays, la famille vit dans le m√™me village, mais sa coh√©sion est gravement atteinte. En effet, au lieu de se partager les responsabilit√©s, tous s'en remettent √† leur soeur Nita, exploitant son sens du sacrifice. La famille ne r√©alisera vaguement son erreur que le jour o√Ļ, malade d'√©puisement, Nita s'effondre. Avec beaucoup de tendresse et de compr√©hension pour l'√™tre humain et pour la nature qui le domine, Ghatak √©bauche des personnages constrast√©s: le sort des √©migr√©s politiques qui marque et transforme chacun d'entre eux prend une dimension cosmique, telle que l'image de la ¬ęM√®re Universelle¬Ľ. A la r√©alit√© satur√©e de luttes et de trag√©dies, le film, bouleversant de par l'intensit√© de ses images et de sa musique, oppose la recherche d'une autre vie, au-del√† de l'ali√©nation dont √©merge la solitude originelle de l'homme. Certes, le destin d√©truit l'espoir, puis le corps de Nita. ¬ęJe veux vivre!¬Ľ crie-t-elle alors que sa vie touche √† sa fin, et l'√©cho multiple de son cri retentit du haut des montagnes. Toutefois, le spectateur r√©alise que la mort ne peut √™tre la fin ni le sens ultime de cette existence meurtrie. Un jour, Ghatak a d√©clar√© que de tout d√©clin naissait une vie nouvelle. En l'occurence, les nuages cachent encore l'√©toile.

artwork

Fiche technique

Titre original
Meghe dhaka tara
Titre
Meghe dhaka tara
Réalisation
Ritwik Ghatak
Pays
Inde
Année
1960
Scénario
Ritwik Ghatak
Montage
Ramesh Joshi
Musique
Jyotirindra Maitra
Image
Dinen Gupta
Son
Mrinal Guhathakurta, Abani Chattopadhyay
Costumes
Sakti Sen (Makeup)
Décors
Ravi Chatterjee, Subodh Das
Production
Chitrakalpa, Indien/Bengalen
Formats
35mm, DCP
Durée
126 min.
Langue
Bengali/d/f
Interprètes
Supriya Choudhury (Nita), Anil Chattopadhyay (Shankar), Bijon Bhattacharya (Vater), Gita De (Mutter), Niranjan Ray (Sanat), Dwiju Bhawal (Mantu)

Documents

artwork artwork artwork artwork

Voulez-vous montrer ce film?

Merci de remplir ce formulaire.

Date(s) de projection Projection(s)
Organisation

Revue de presse

¬ęGhatak war einer der gr√∂ssten und meistbewunderten indischen Autorenfilmer, bleibt im Westen aber weitgehend unbekannt. Dieses feinf√ľhlige Drama √ľber die zerst√∂rerische Auswirkung der Armut funktioniert auf mehreren Ebenen: als soziale Stellungnahme, als psychologisches Portr√§t und als spirituelle Trag√∂die. Die Schwarzweissfotografie ist exquisit und Ghataks Umgang mit dem Ton oft k√ľhn. Er verwendet Toneffekte, um pl√∂tzliche Gef√ľhlsumschw√ľnge zu akzentuieren, so etwa das Knallen einer Peitsche f√ľr ein Betrugserlebnis. Der Stil insgesamt, nicht bloss die Story, ist melodramatisch, doch auf eine Art, welche die √úberh√∂hung der Gef√ľhle pr√§zis auf die Musik und die Kamerabewegungen abstimmt. Der Film ist hier kein Mittel, um Geschehnisse aufzuzeichnen, sondern wird zu einem unmittelbaren Ausdruck subjektiver Zust√§nde.¬Ľ

Chris Dashiell

¬ęC'est en travaillant sur ce film qu'est n√©e une passion √† laquelle j'ai consacr√© ma vie et mon Ňďuvre: la mythologie indienne. Sans exag√©ration, je peux affirmer que ce film est l'expression m√™me de mes pens√©es et de mes id√©es. Pour 'Meghe Dhaka Tara', mes ambitions √©taient sans borne. Je voulais suivre les traces menant √† nos racines et expliquer nos traditions. Je voulais d√©couvrir la dimension universelle cach√©e en leur sein. Je consid√®re 'Meghe Dhaka Tara' comme mon meilleur fil

Ritwik Ghatak

¬ęIch stelle grenzenlose Anspr√ľche an Der verborgene Stern. Ich erachte ihn als meinen besten Film.¬Ľ

Ritwik Ghatak